dépression

Halte aux douleurs

Migraine tristesse cole re fatigue anxie te de pression douleurs

Identifier l'envie et la jalousie

596007 Qui n'a jamais eu envie de ce que quelqu'un d'autre a ? L'envie de grandir, de progresser c'est tellement bon. Mais l'envie au sens de jalouser ce que quelqu'un d'autre possède, est destructrice. Des recherches ont prouvé que notre cerveau enregistre l'envie comme de la douleur. Et, si vous êtes normalement constitué, j'imagine que vous ne souhaitez pas garder et emmagasiner toutes ces envies destructrices et douloureuses.

La 1ère étape cruciale est d'être en mesure d'identifier ce qui se passe dans votre tête et dans votre corps. Pour vous familiariser avec ses signes intérieurs, la sophrologie est une aide précieuse.

Ensuite, vous avez le choix sur la façon dont vous souhaitez réagir.

Demandez-vous ce à quoi cela vous renvoie personnellement. Pourquoi finalement vous êtes envieux de cette personne, de ce qu'ellle a. Et, que pouvez-vous faire qui vous ferait pour débarrasser de cette envie...

Certains se projettent comme possédant ce qu'ils envie et imaginent toutes les facettes ; afin de confronter leur envie à leur valeurs, leur personnalité, leur réalité et se demander si c'est bien pour eux.

A vous de voir, d'être immaginatif mais ne vous laissez pas envahir par l'envie-jalousie.

 

Les belles choses

J'ai remarqué que la plupart du temps nous avons plus tendance à parler de nos problèmes que de nos belles expériences. Comem si, les petits tracas s'ancraient beaucoup plus facilement dans notre mémoire que les beaux événements, si petits soient-ils.

Quand vous discuter avec un(e) ami(e) proche, parlez-vous de la personne qui vous a souri danas la journée et qui vous a fait vous sentir bien ou parlez-vus plutôt des tracasseries et ennuis que vous rencontrez ?

Il est certain que parler ou écrire à propos d'un événement permet de le rendre plus présent à la mémoire, occultant les autres événements.

Pour entrainer votre cerveau à plus se focaliser sur les belles choses, même petites, et ainsi créer un équilibre avec les choses désagréables, je vous propose de faire cet exercice :

Les belles choses

Sophrologie et Dépression

Cet état d’abattement qui se traduit par une lassitude, une perte d’énergie, un dégoût de la vie et la perte de tout désir ou envie, voir par de l’anxiété, peut être combattu grâce à la sophrologie.

 Depression

En complément d”un suivi médical spécialisé adapté à votre situation, le sophrologue vous aidera à renouer avec la confiance, le goût de vivre, la joie de vous lever le matin, de rencontrer d’autres personnes, pour sourir à votre avenir.

En enseignant le relâchement corporel, le sophrologue amène la personne à se relâcher mentalement pour évacuer les tensions.

Les exercises de respiration permettent de nourir à nouveau le corps et l’esprit pour apporter plus de sérénité et d’harmonie. La respiration c’est la vie.

Les exercises de visualisation positive aide à se remémorer des moments heureux, de bien-être qui ont pu être oubliés et à se projeter vers un avenir choisi et en confiance.

Allez voir un médecin puis un sophrologue qui travailleront ensemble. Ce sera le meilleur moyen pour vous reconstruire, renouer avec l’action, la joie, le plaisir et la force intérieure qui anime chacun de nous.

Vous n’êtes pas seul(e) à souffrir de dépression. Parlez-en, allez voir des spécialistes.

Quelqu’en soit la cause, une solution existe.

Le lacet qui craque

 “Ce ne sont le plus souvent pas les changements majeurs de votre vie qui vous feront craquer

Fed up !!mais un lacet de chaussure qui casse quand vous êtes pressé”.

 

Chaque jour, de petites choses vont s’accumuler, petit à petit, et créer un stress destructeur : être coincé dans les embouteillages, trop de courses à faire, de nombreux coups de fil, mille tâches différentes auxquelles penser, des contre-temps, des échéances à tenir, subir le froid ou bien la chaleur, s’accrocher verbalement avec quelqu’un… Cette accumulation est dévastatrice si vous ne trouvez pas un moyen de revenir à la ligne de base de votre état calme, de baisser l’état d’alerte de votre organisme et d’apaiser votre esprit. Vous devez vivre ce que vous avez à vivre chaque jour et vous ne pouvez pas agir sur les contraintes extéreures. Il est en votre pouvoir de prendre conscience de ces petits stress qui s’accumulent et de faire baisser le niveau.

 

Instaurez des habitudes de vie. En effet la régularité, la routine a pour effet de tranquiliser ; laissant plus de marge de manoeuvre pour affronter les impondérables de la vie.

Pensez aussi à votre alimentation, de façon à ne pas stresser ou agresser votre organisme et lui donner toute l’énergie nécessaire. Bien se nourrir est un geste quotidien, sur la durée. De la couleur dans votre assiette ! et puis attention aux quantités et mangez quand vous avez faim ! Ecoutez votre corps J

Faites de l’exercice physique, régulier.

Ne perdez pas de temps à vous poser des questions sur le pourquoi des choses. Acceptez, prenez-les comme elles sont. Ne jugez pas, ni les autres, ni vous-même, cela ne vous mène nul part et ne fait qu’augmenter votre stress et vous faire perdre du temps. Temps que vous pourriez utilement et agréablement utilizer à la relaxation.

Pratiquer la relaxation et la méditation  est salvateur pour baisser le niveau de stress. 40 minutes à 1 heure par jour. Je sais, cela vous parait beaucoup. Pourtant, cette heure passée en écoute et observation de vos sensations et de vos pensées vous fera gagner en énergie, permettra à votre organisme de mieux lutter contre les agressions extérieures en renforçant les defenses immunitaires, et vous retrouver un sommeil de qualité, récupérateur. Alors, que de temps gagné en fin de compte !

Plus d’efficace, un esprit beaucoup plus alerte et moins de maladies.

Essayez la sophrologie pour un esprit calme et alerte en meme temps.

Des matins moroses ?

Vous arrive-t-il, certains matins, de vous lever d’humeur morose, triste, sans entrain ou comme portant un poids ?

Je parle de ceux où en apparence rien de dramatique n’est survenu dans votre vie. Rien n’a particulièrement changé mais, sans savoir pourquoi, vous ne vous sentez pas dans votre assiette…

Dans ce cas, il faut réagir ! Donnez-vous 48 heures, au maximum.

Il s’agit bien de 48h et non de “2 jours” car chaque heure compte : de jour comme de nuit cet état vous affecte.

Au-delà de ce délai, cet état morose s’installe, prend le dessus. Vous allez vous y habituez et finir par penser “je suis comme cela, je n’y peux rien”.

Ne vous dites pas que “ça va passer”. Ce ressenti est une alerte interne. Bien utile en fait pour prendre conscience que quelque chose vous dérange.

Voilà ce que je vous propose :

1/ Ne laissez pas filer ! Ce ressenti vous dit quelque chose, ne l’ignorez-pas !

2/ Posez-vous un moment, recentrez-vous sur vous-même, à l’écoute de vous-même, à l’écoute de ce que vous ressentez à ce moment précis.

3/ Demandez-vous :

-       Quelque chose m’a-t-il perturbé récemment ? dans les jours précédents (voir la veille, généralement)

-       Quelqu’un a fait ou dit quelque chose qui m’a choqué ? énervé ? perturbé ? mais, sur le moment j’ai laissé passer…

-       Est-ce que je ressens une tension particulière dans mon corps ? Et si j’avais une idée d’où cela vient, je dirais que …

-       Aurais-je laissé de côté un projet ou une idée qui me tient à coeur ?

-       Est-ce que par hasard je repousserais l’éxécution d’une tâche qui m’ennuie ?

Ne vous jugez pas, ne vous censurez pas. Laissez émerger les idées et les sensations librement, juste là, à l’écoute.

Laissez votre corps et votre esprit dialoguer pour vous apporter la réponse qui vous libèrera de cet état désagréable et vous montrera comment en sortir.

Vous avez la solution, écoutez-la.

Avec un peu d’entrainement, vous parviendrez de plus en plus facilement à écouter, ressentir et alors prendre les décisions bonnes pour vous-même.

 

Vous retrouverez énergie, envie.

Vous vous sentirez allégé, revigoré, alerte.